VOSGES   et   ORGUES


Lac de Retournemer
Raon : orgue de saint George
Orgue de Lusse
rgue de Dompaire
Raon : orgue de saint Luc

L'oeuvre de Jean-Nicolas JEANPIERRE dans les Hautes Vosges.

         

 

 

Jeux de JEANPIERRE : Positif intérieur : Bourdon 8 - Prestant 4 - Doublette 2 - Cromorne 8 // Grand orgue : Montre 8 - Bourdon 8 - Prestant 4 - Fourniture 5 rgs - une partie de la trompette 8. Les tuyaux de Jeanpierre sont marqués des lettres "My" et "Sy" pour mi et si. Les sommiers , en chêne , sont également de Jeanpierre et comportent 61 notes d'origine.

Les tuyaux en métal d'origine ont été réquisitionnés en 1916 et le reste de l'instrument a été démonté et entreposé dans un grenier à l'issue de la guerre. Selon le devis du 25 novembre 1838, la composition de l'orgue devait être la suivante :

Grand orgue : Bourdon 16, Montre 8, Bourdon 8, Flûte 8, Prestant 4, Nasard 2 2/3, Doublette 2, Tierce 1 3/5 , Cornet 5 rgs, Fourniture 4 rgs, Cymbale 3 rgs, Trompette 8, Clairon 4 et Basson hautbois 8. La composition des mixtures est celle de Dom Bédos étendue à 5 octaves.

Positif de dos : Bourdon 8, Prestant 4, Petite Flûte 4, Nasard 2 2/3, Sifflet1, Fourniture 4 rgs, Cromorne 8.

Echo : Bourdon 8, Flûte 8, Prestant 4, Cornet 3 rgs, Trompette 8.

Pédale : Bourdon 16, Flûte 8, Flûte 4, Bombarde 16, Trompette 8.

En 1874, Théodore JAQUOT vit l'orgue et nota la même composition que celle du devis. Il releva l'ordre des chapes : la Tierce et le Sifflet se trouvaient au même endroit que sur les sommiers des orgues Callinet, entre les pleins jeux et les anches.

Composition de l'orgue selon les brouillons du devis:

Positif de dos : Montre 8, Bourdon 8, Prestant 4, Gambe 4, Nazard 2 2/3, Doublette 2, Fourniture 3 rgs, Cromorne 8. Grand-orgue : Bourdon 16, Montre 8, Bourdon 8, Salicional 8, Prestant 4 , Flûte 4 , Nazard 2 2/3, Doublette 2, Cornet 5 rgs, Fourniture 4 rgs, Trompette 8, Basson hautbois 8.

La plupart des jeux de JEANPIERRE a été réutilisée par JAQUOT qui en a modifié l'harmonie. Les sommiers à gravures ont été adaptés à la traction tubulaire qui a remplacée la traction mécanique d'origine.

L'instrument était encore de tradition classique, avec un Plei-jeu complet et une flûte de 8, à la maniére de Dom Bédos. Mais l'absence de Tierce et le clavier de 56 notes sont des trais plus modernistes. Sur les 19 jeux d'origine, 11 sont encore conservés. JEANPIERRE a remplacé le nazard par une flûte harmonique en 1862. Ces tuyaux sont de trés belle facture et encore conforme aux habitudes de l'ancien régime. Ils ont été évidement réharmonisés .

Clavier manuel : Bourdon 16, Montre 8, Bourdon 8, Flûte 8, Prestant 4, Nazard 2 2/3, Doublette 2, Sifflet 1, Cornet 5 rgs, Fourniture 4 rgs, Cymbale 3 rgs, Trompette 8, Clairon 4, Cromorne 8, Haubois 8.

Pédale : Bourdon 16, Basse 8, Flûte 4, Trompette 8.

Avec ses 41 jeux sur 3 claviers de 54 notes et pédalier de 25 notes, avec sa machine Barker et ses 11 pédales de combinaisons, l'instrument fut longtemps le deuxiéme orgue des Vosges. Il marqua une évolution vers une esthétique plus symphonique. La tuyauterie était alimentée avec trois pressions différentes, le récit étant lui même alimenté avec des pressions différentes. Il posa les sommiers sur une charpente en fer et utilisa des soupapes démontables non collées en queue.

Composition de 1865 donnée par Helbig et qui semble assez vraisemblable :

Grand orgue : Bourdon 16 - Montre 8 - Bourdon 8 - Flûte harmonique 8 - Gambe 8 - Prestant 4 - Flûte à cheminée 4 - Flûte octaviante 4 - Doublette 2 - Mixture - Bombarde 16 - Trompette 8 - Clairon 4.

Positif : Montre 8 - Bourdon 8 - Flûte harmonique 8 - Salicional 8 - Prestant 4 - Flûte à cheminée 4 - Dulciane 4 - Doublette 2 - Trompette 8 - Euphone 8.

Récit expressif : Bourdon 8 - Flûte harmonique 8 - Gambe 8 - Voix céleste 8 - Flûte octaviante 4 - Trompette 8 - Basson hautbois 8 - Clarinette 8 - Voix humaine 8 - Cor anglais 8 .

Pédalier : Contrebasse 16 - Bourdon 16 - Flûte 8 - Gambe 8 - Flûte 4 - Bombarde 16 - Trompette 8 - Clairon 4.

Construit en 1854, la tuyauterie de l'instrument a été réquisitionnée par les allemands. Il ne reste de JEANPIERRE que les sommiers, la console, la transmission et le réservoir à 2 plis.

Une bonne partie de la tuyauterie provient de JEANPIERRE. Elle est de facture artisanale et de bonne qualité mais elle a été remaniée par JAQUOT. Les sommiers sont également de JEANPIERRE.

En cours de réalisation.

retour haut de page

  (  MAJ 08/01/2008 )